Une pluralité de formes religieuses

1 Samuel 1/9-18
9 Et Anne se leva, après qu’on eut mangé à Silo, et après qu’on eut bu; (et Éli, le sacrificateur, était assis sur un siège près de l’un des poteaux du temple de l’Éternel); 10 et elle avait l’amertume dans l’âme, et elle pria l’Éternel et pleura abondamment. 11 Et elle fit un voeu, et dit: Éternel des armées! si tu veux regarder à l’affliction de ta servante, et si tu te souviens de moi et n’oublies pas ta servante, et que tu donnes à ta servante un enfant mâle, je le donnerai à l’Éternel pour tous les jours de sa vie; et le rasoir ne passera pas sur sa tête. 12 Et il arriva que, comme elle priait longuement devant l’Éternel, Éli observa sa bouche. 13 Et Anne parlait dans son coeur; ses lèvres seulement remuaient, mais on n’entendait pas sa voix; 14 et Éli pensa qu’elle était ivre. Et Éli lui dit: Jusques à quand seras-tu ivre? 15 Ôte ton vin d’avec toi. Et Anne répondit et dit: Non, mon seigneur; je suis une femme qui a l’esprit accablé; je n’ai bu ni vin ni boisson forte, mais je répandais mon âme devant l’Éternel. 16 Ne mets pas ta servante au rang d’une fille de Bélial; car c’est dans la grandeur de ma plainte et de mon chagrin que j’ai parlé jusqu’à présent. 17 Et Éli répondit et dit: Va en paix; et que le Dieu d’Israël t’accorde la demande que tu lui as faite! 18 Et elle dit: Que ta servante trouve grâce à tes yeux! Et la femme s’en alla son chemin; et elle mangea, et elle n’eut plus le même visage.

L’attitude extérieure d’un croyant est la première chose que l’on voit et la première chose qui nous permet de faire connaissance avec lui. Or son comportement extérieur n’a peut-être pas grand-chose à voir avec le nôtre. Peut-être son comportement ne correspond-il pas à l’idée que l’on se fait d’une attitude religieuse normale, dans un temple, par exemple. Peut-être quelqu’un entrera et fera un signe de croix. Tel autre baissera la tête pour prier ou joindra les mains alors qu’un autre préférera lever la tête, écarter les bras. Dira-t-il le Notre Père à haute voix ou intérieurement ? Et quand il s’agira de chanter, sera-ce un murmure, la voix d’un soliste ?

La remarque du prêtre Eli à Anne montre à quel point une forme religieuse, une attitude extérieure peut être mal interprétée. Cela signifie que la forme ne dit pas grand chose de ce qui est vécu intérieurement. La seule manière d’éviter les malentendus est d’interroger et de permettre à la personne concernée de dire le sens qu’elle donne à sa façon de faire.

Résorber le décalage qu’il peut y avoir entre ce qui est vu et ce qui est vécu.

Il peut donc y avoir un décalage entre ce qui est visible et ce qui est vécu. C’est un avertissement utile pour tous ceux qui fréquentent un lieu de culte, et cela vaut aussi dans tous les types de groupes qui possèdent leurs habitudes, leurs règles tacites, leurs coutumes : nous ne connaîtrons vraiment une personne que lorsque nous aurons discuté avec elle, sans avoir d’a priori.

C’est aussi un point de vigilance car nous avons à faire coexister ensemble plusieurs manières de se tenir, que ce soit en Eglise, que ce soit de manière plus large en société. Sauf à vouloir tout uniformiser et conformer tout le monde à une norme, notre défi est de pouvoir accueillir les différentes formes religieuses qui peuvent s’exprimer en fonction des sensibilités, de même que nous avons à accueillir les différents rythmes de vie de nos enfants, de nos amis, de nos collègues. Mais accueillir n’est pas tolérer au sens d’une indifférence courtoise. Accueillir, comme le fait le prêtre Eli, c’est interroger, justement pour que le sens prime sur la forme.

Une part de notre vocation est d’aider chacun à adopter une forme religieuse, une manière d’être, qui soit cohérente avec sa personnalité, avec ce qu’il aspire à vivre. La forme religieuse doit être au service de la foi et non l’inverse. De même, l’art de vivre doit servir la vie et non lui imposer une posture prédéfinie.

Un commentaire

  1. Bonjour.

    Un contenu de texte qui demande et implique des prises de distance par rapport à ses propres croyances, à ses propres certitudes, habitudes … Considérer le besoin de l’autre et tenter d’y répondre, pour lui, lui manifestant de l’intérêt, un intérêt spécifique, singulier : devrait changer bien des choses, si.
    En tous cas, problématique soulevée et mise en évidence avec une pédagogie rigoureuse, vigilante. Une forme de bienveillance, dans la prise en soin de l’autre. MERCI. Grand Merci.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.