Ascension : « nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus »

2 Rois 2/1-18
1 Lorsque l’Éternel fit monter Élie au ciel dans un tourbillon, Élie partait de Guilgal avec Élisée.  2 Élie dit à Élisée: Reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie jusqu’à Béthel. Élisée répondit: L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et ils descendirent à Béthel.  3 Les fils des prophètes qui étaient à Béthel sortirent vers Élisée, et lui dirent : Sais-tu que l’Éternel enlève aujourd’hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit: Je le sais aussi; taisez-vous.  4 Élie lui dit: Élisée, reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie à Jéricho. Il répondit: L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et ils arrivèrent à Jéricho.  5 Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s’approchèrent d’Élisée, et lui dirent: Sais-tu que l’Éternel enlève aujourd’hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit: Je le sais aussi; taisez-vous.  6 Élie lui dit: Reste ici, je te prie, car l’Éternel m’envoie au Jourdain. Il répondit: L’Éternel est vivant et ton âme est vivante ! Je ne te quitterai point. Et ils poursuivirent tous deux leur chemin.  7 Cinquante hommes d’entre les fils des prophètes arrivèrent et s’arrêtèrent à distance vis-à-vis, et eux deux s’arrêtèrent au bord du Jourdain.  8 Alors Élie prit son manteau, le roula, et en frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et ils passèrent tous deux à sec.  9 Lorsqu’ils eurent passé, Élie dit à Élisée: Demande ce que tu veux que je fasse pour toi, avant que je sois enlevé d’avec toi. Élisée répondit: Qu’il y ait sur moi, je te prie, une double portion de ton esprit !  10 Élie dit: Tu demandes une chose difficile. Mais si tu me vois pendant que je serai enlevé d’avec toi, cela t’arrivera ainsi; sinon, cela n’arrivera pas.  11 Comme ils continuaient à marcher en parlant, voici, un char de feu et des chevaux de feu les séparèrent l’un de l’autre, et Élie monta au ciel dans un tourbillon.  12 Élisée regardait et criait: Mon père ! Mon père ! Char d’Israël et sa cavalerie ! Et il ne le vit plus. Saisissant alors ses vêtements, il les déchira en deux morceaux,  13 et il releva le manteau qu’Élie avait laissé tomber. Puis il retourna, et s’arrêta au bord du Jourdain;  14 il prit le manteau qu’Élie avait laissé tomber, et il en frappa les eaux, et dit: Où est l’Éternel, le Dieu d’Élie ? Lui aussi, il frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et Élisée passa.  15 Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho, vis-à-vis, l’ayant vu, dirent: L’esprit d’Élie repose sur Élisée ! Et ils allèrent à sa rencontre, et se prosternèrent contre terre devant lui.  16 Ils lui dirent: Voici, il y a parmi tes serviteurs cinquante hommes vaillants; veux-tu qu’ils aillent chercher ton maître ? Peut-être que l’esprit de l’Éternel l’a emporté et l’a jeté sur quelque montagne ou dans quelque vallée. Il répondit: Ne les envoyez pas.  17 Mais ils le pressèrent longtemps; et il dit : Envoyez-les. Ils envoyèrent les cinquante hommes, qui cherchèrent Élie pendant trois jours et ne le trouvèrent point.  18 Lorsqu’ils furent de retour auprès d’Élisée, qui était à Jéricho, il leur dit: Ne vous avais-je pas dit : N’allez pas?

La fête de l’Ascension n’est pas une manière de célébrer un Dieu qui permet à un homme d’être mis en orbite. La fête de l’Ascension n’est pas une manière de dire que la foi nous permet d’échapper à la force de gravitation et de vivre hors de l’atmosphère, sans oxygène. La fête de l’Ascension se situe dans une tradition biblique dont nous trouvons une racine dans le récit du deuxième livre des Rois qui raconte un événement similaire : Elie qui est soustrait à la vue de son disciple Elisée, Elie qui est emporté au ciel dans un tourbillon alors qu’un char de feu a fait son apparition.

La lecture de cet enlèvement, de ce ravissement d’Elie est particulièrement utile pour nous aider à mieux comprendre le sens de l’Ascension et, par conséquent, pour mieux profiter de ce que nous sommes appelés à vivre à partir de cet événement.

  1. Entrée en terre promise

Les indications relatives aux lieux constituent un faisceau d’indices qui nous font comprendre que ce qui est en train de se passer correspond à l’entrée en terre promise telle qu’elle fut vécue selon le récit du livre biblique Josué. La mention de Gilgal, c’est la mention du premier sanctuaire fondé en terre promise par le peuple hébreu. Pour arriver en ce lieu depuis l’actuelle Jordanie, il avait fallu passer le fleuve Jourdain, dont il était précisé qu’il était en crue. Pour accomplir ce passage, le fleuve avait été coupé de sorte que le peuple avait pu passer à pied sec.

Tout cela apparaît dans notre récit qui est donc une réécriture de l’entrée en terre promise, une autre manière de dire que ce qui se joue est l’accès à la terre promise. Bien entendu, il ne faudrait pas avoir une idée trop terre à terre de la terre promise. Pas plus qu’Elie ou Jésus ne sont physiquement montés au ciel, la terre promise n’est pas quelque chose que l’on pourrait observer sur un cadastre. La terre promise est une manière de parler de la vie humaine lorsqu’elle se réalise pleinement. La terre promise est une image pour parler de la vie authentique ou, pour le dire avec une formule plus religieuse, une façon de parler de la vie selon Dieu. Souvenons-nous que le peuple hébreu avait été libéré d’Egypte pour pouvoir se rendre en terre promise où il serait possible d’y célébrer l’Eternel, son Dieu, c’est-à-dire d’avoir une vie tendue vers l’espérance de Dieu – la vie en plénitude, autrement dit.

L’Ascension est donc une fête qui nous dit que cet accès à la terre promise est toujours d’actualité. L’Ascension est une fête pour nous rendre sensibles au fait qu’il y a des franchissements, des étapes dans notre vie qui peuvent nous conduire vers une plus grande existence. En se référant à ce que vivent Elie et Elisée, c’est ce que le rédacteur du livre des Actes a probablement voulu nous dire : il est effectivement inutile de fixer son regard vers le ciel quand c’est la terre qui nous est promise et je dirais même permise. Il nous est permis d’entrer dans la carrière, dès à présent !

  1. La génération précédente s’efface

Dans le prolongement du fait d’entrer dans la carrière, cette fête de l’Ascension nous dit que cela se fait en l’absence de nos aînés. Les disciples n’ont plus Jésus ; Elisée n’a plus Elie ; Et Josué n’avait plus Moïse. Ce thème de l’enlèvement, du ravissement, c’est celui de l’effacement, de la disparition. Jésus disparaît de notre vue, comme toutes celles et tous ceux qui nous ont précédés, mais, dans la perspective biblique, cela ne se fait pas avec violence. Il n’est pas question de « dégagisme » pour le dire avec un mot plus contemporain. Il n’est pas question de tuer le père pour prendre sa place. Tous ces personnages bibliques sortent de scène par une action divine, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas éliminés, mais protégés, accompagnés, toujours au bénéfice d’un amour inconditionnel.

Le mieux serait de dire que rien ne change pour eux. Les aînés ne sont pas exclus, mis à part, certainement pas mis au rebut ou éliminés. C’est pour la génération suivante que ça change. Elle est libérée de la tutelle des anciens. A la manière des plantes qui ont grandi, les plus jeunes peuvent désormais vivre sans tuteur, sans conscience auxiliaire, sans être dépendants de qui que ce soit, qu’il s’agisse d’une personne, d’une institution, d’une idée, d’une mode. « Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus » n’est pas à comprendre, selon l’Evangile, dans le sens d’attendre la mort physique de nos anciens, mais d’accéder à notre propre carrière, à notre propre histoire, notre propre terre promise, où personne d’autre ne se trouve, car c’est la nôtre, celle qui nous correspond, celle qui nous est personnellement promise.

La fête de l’Ascension est une manière de dire que nous tenons désormais le premier rôle, que nous sommes désormais en première ligne, pleinement responsables de notre trajectoire, de notre bonheur, de nos engagements. Nous sommes désormais libres à l’égard des maîtres à penser, à l’égard de la pression d’un groupe ou des habitudes. Nous sommes profondément libres de nous tenir au cœur de notre propre histoire et non de l’histoire des autres.

  1. Double esprit

Nous pourrions craindre que cette liberté soit en fait une sorte de piège qui se referme sur nous. Libres, mais en insécurité parce que privés de nos relations familières, de nos ressources culturelles, sociales… libres au sens de sans contraintes, mais appauvris car privés de ce qui nous éduquait.

Il n’en est rien, toujours selon la perspective biblique. Jésus avait laissé à ses disciples tout ce qui leur était nécessaire pour affronter un monde difficile, souvent hostile, lors du dernier repas qu’il avait pris avec eux. Elie, quant à lui, a donné une double portion d’esprit à Elisée, pour qu’il puisse mener une vie qui ne dépérit pas, qui ne s’abîme pas, mais qui, au contraire, s’épanouisse, progresse, et soit même encore plus spirituelle qu’elle n’avait pu l’être pour Elie lui-même. Et du temps de Josué, successeur de Moïse, l’Eternel avait fait cette promesse selon laquelle, comme il avait été avec Moïse il serait avec lui (Jos 1/5). Par ailleurs, Moïse avait imposé les mains à Josué, signe que celui-ci était désormais au bénéfice de son esprit (Dt 34/9).

Autrement dit, ce texte qui parle de succession de maître à disciple et de succession de génération à génération suivante, indique que nous pouvons faire mieux que nos maîtres et mieux que nos anciens – en tout cas l’idée selon laquelle c’était forcément mieux avant et que plus on s’éloigne de l’origine, du temps zéro, les choses se dégraderaient, cette idée d’une dégradation inévitable est battue en brèche. Les successeurs peuvent transcender l’état actuel, faire mieux, être plus justes, et atteindre une qualité d’existence qui n’avait été encore jamais atteinte. Sans parler de flèche du temps et de flèche du progrès qui signifieraient que chaque jour apporte son lot d’amélioration et que les choses, les situations, les êtres, ne font que s’améliorer, il y a ici une neutralisation du fantasme d’un âge d’or et du « c’était mieux avant » qui polluent si souvent nos vies, nos projets, nos essais, notre inventivité.

La fête de l’Ascension ne fait pas table rase du passé. Elle ne relègue pas l’apport des anciens ni même leur présence. La fête de l’Ascension redit l’importance qu’il y a, pour chacun, à frayer sa propre route, à occuper sa propre place, à tenir son propre rang, à entrer dans sa terre promise et non celle d’un autre. La fête de l’Ascension est une occasion de célébrer cette grâce qui nous est faite d’être autorisés à donner à notre vie le sens qui nous semble le plus approprié, selon ce que nous pouvons envisager au regard de l’Eternel.

Amen

Laisser un commentaire