Ephphatha – l’expérience personnelle du vendredi saint

Deux minutes pour prier avec Christine Roure à partir d’un appel de détresse

Écouter – télécharger

Un commentaire

  1. Madame,

    J’ai été tellement touchée par votre message qui correspond tant à mon chemin de dé-création (Simone Weil), ce passage par la passion du Vendredi Saint , cet état de kénose que seuls ceux qui l’ont vécu – ou le comprennent – cesseront de brandir Pâques comme seul facteur de résilience et de consolation.

    Seule l’expérience fait le théologien, disait Luther.

    Je vous félicite de votre courage d’exprimer publiquement ce que l’expérience de l’abîme signifie pour l’être souffrant au-delà du psychiquement supportable. Un chemin si long vécu dans la solitude avec Dieu avant de pouvoir renaître de ses propres cendres.

    Bien cordialement
    Claire-Lise Rosset

Répondre à Claire-Lise Rosset Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.